Les 5 principaux déséquilibres du cycle menstruel

Les 5 principaux déséquilibres du cycle menstruel

Quand nos hormones féminines ne sont pas équilibrées, nous pouvons expérimenter de nombreux symptômes dans tout notre corps. Et ce sans qu’ils soient forcément directement reliés à notre cycle menstruel. De la fatigue au syndrome prémenstruel, en passant par des difficultés à perdre du poids ou encore une baisse de la libido, ces déséquilibres peuvent s’exprimer de pleins de manières différentes.

Devenant de plus en plus communs, ce n’est pas pour autant que cela doit être la norme et faire partie de nos vies quotidiennes de femmes. A quels déséquilibres correspondent les symptômes que l’on rencontre tout au long de notre cycle ? Quels sont les principaux déséquilibres de nos hormones féminines ?

C’est ce que je vous détaille aujourd’hui dans cet article ->

 

❀ Les 5 déséquilibres les plus courants

 

1 – Manque de progestérone

Ce déséquilibre hormonal est principalement lié à un excès de stress, équivalent à un taux élevé de cortisol, ou à un excès d’œstradiol, l’antagoniste des estrogènes.

En cas d’excès de stress, un taux élevé de cortisol peut bloquer les récepteurs de progestérone, l’empêchant de faire son travail. Lorsqu’il est élevé dans l’organisme, le cortisol peut également voler de la prégnénolone, l’hormone nécessaire pour la production de la progestérone. En cas de stress important, le corps priorisera toujours  la survie face aux autres fonctions de l’organisme comme la digestion ou ici, la fertilité. Donc, au lieu d’avoir suffisamment de prégnénolone pour produire de la progestérone, notre corps la lui vole pour répondre à une demande élevée de la part du cortisol.

Des symptômes liés à un manque de progestérone peuvent apparaître en cas d’excès d’œstradiol. Ces excès sont le plus souvent provoqués par une mauvaise fonction hépatique (le foie n’arrive plus à détoxifier l’organisme des estrogènes usagés),  une mauvaise digestion ou un mauvais transit. Des facteurs externes peuvent aussi créer un excès d’oestradiol dans le sang. La prise de la pilule contraceptive, l’utilisation de cosmétiques et de produits d’entretiens contant des xénoestrogènes et des estrogènes synthétiques en sont les principaux.

Les femmes prenant une contraception hormonale avec de la progestérone synthétique, sous forme de progestine peuvent ne plus produire suffisamment de progestérone. La progestine peut supprimer l’ovulation, le corps pense alors qu’il n’est pas nécessaire de produire sa propre hormone, entraînant un déficit par la suite.

 

Symptômes :

– Perte de cheveux
– Irritabilité, sautes d’humeur
– Difficultés d’endormissement, insomnies
– Anxiété, dépression
– Difficultés à tomber enceinte
– Risques de fausse couche
– Spotting pendant le cycle menstruel
– Syndrome Prémenstruel (SPM) et trouble dysphorique prémenstruel (TDPM)
– Migraines menstruelles
– Crampes menstruelles
– Flux menstruel abondant
– Cycles irréguliers ou plus fréquent
– Cycles courts
Ballonnements
– Libido faible
– Poitrine gonflée et/douloureuse
– Rétention d’eau
– Prise de poids
– Rages et envies de sucre

 

2 – Excès d’œstrogènes

C’est l’un des déséquilibres hormonaux les plus courant. Cet excès peut être lié aux toxines environnementales ou à une mauvaise élimination des estrogènes usagés par le foie et les intestins. Une alimentation déséquilibrée ou une forte consommation d’alcool en sont souvent le résultat.

Les femmes ayant d’un taux de testostérone élevé peuvent souffrir d’un excès d’estrogènes. Cela est lié au fait que la testostérone est convertie en estrogènes par un processus appelé “aromatase”. Les femmes en surpoids sont aussi à risque d’une dominance d’estrogènes. L’excès de masse grasse contribuant à un taux plus élevé que la moyenne car les adipocytes (cellules graisseuses) produisent également des estrogènes.

Cet excès peut aussi être lié à un manque de progestérone et ce même si vos taux d’estrogènes sont normaux. C’est le déséquilibre entre les deux qui cause l’excès.

 

Symptômes

– Syndrome prémenstruel
– Règles abondantes et/ou irrégulières
– Rétention d’eau, ballonnements
– Poitrine douloureuse
– Ovulation douloureuse
– Prise de poids au niveau des hanches, des fesses et du bassin
– Migraines, maux de tête
– Difficultés de concentration
– Sautes d’humeur, dépression
– Irritabilité
– Baisse de la libido
– Rages et envies de sucre
– Kystes fibreux mammaires
– Fibromes utérins
– Sensibilité accrue
– Endométriose

 

3 – Manque d’estrogènes

Phénomène normal avec l’arrivée de la ménopause, notre production d’estrogène diminue entre 40 et 50 ans. Mais avant cette diminution naturelle, ce manque est considéré comme un déséquilibre hormonal.

L‘excès de stress et une mauvaise hygiène de vie sont les premiers coupables lorsque l’on est victime d’un manque d’estrogènes.

Un manque de nutriments, lié à une alimentation déséquilibrée ou à une mauvaise assimilation (dysbiose intestinale, intestin perméable…), mais aussi un manque de bonnes graisses peuvent être à l’origine de ce déficit. Les estrogènes étant des hormones stéroïdiennes fabriquées à partir de cholestérol, si notre alimentation ne contient pas des bonnes graisses en quantité suffisantes pour l’organisme, la production de ces hormones ne sera pas optimale.

Les troubles du comportement alimentaire, la pression et le stress mental et émotionnel en découlant, peuvent également être une cause d’un manque d’estrogènes. Ainsi que l’excès de sport couplé à une restriction calorique trop importante.

Les contraceptions hormonales et principalement la pilule, diminuent la progestérone mais aussi les estrogènes. C’est principalement le cas avec les pilules micro-dosées.

 

Symptômes :

– Baisse de la libido
– Bouffées de chaleur
– Sécheresse vaginale
– Rapports douloureux
– Infections urinaires récurrentes
– Maux de tête, difficultés de concentration
– Oligoménorrhée (cycles rares ou peu abondants)
– Aménorrhée
– Douleurs articulaires
– Peau sèche
– Dépression, anxiété
– Pertes de mémoires
– Sautes d’humeurs, à fleur de peau
– Fatigue, léthargie
– Cheveux qui s’affinent

 

4 – Excès d’androgènes

Les androgènes sont considérés comme les hormones masculines bien que les femmes en produisent également. Ici, on parle d’excès de testostérone et/ou de DHEA. La cause principale est un taux de sucre sanguin trop élevé.

Une glycémie trop élevée est au centre de la plupart des déséquilibres hormonaux, mais principalement de l’excès de testostérone. C’est d’ailleurs le déséquilibre principal en cas de syndrome des ovaires polykistiques. Cette dérégulation de la glycémie induit une production beaucoup plus importante de testostérone par les ovaires, entraînant de l’acné, une hyperandrogénie et une perte de cheveux.

L‘excès de masse graisseuse, en créant un excès d’estrogènes, peut affecter la production d’hormones androgènes. La pilule contraceptive peut également induire un rebond d’androgène. La pilule stoppe la production de testostérone par l’organisme, et en l’arrêtant on se retrouve avec une nouvelle production de testostérone que le corps n’a plus l’habitude d’avoir.

 

Symptômes :

– Acné
– Peau grasse
– Irritabilité, agressivité
– Glycémie instable
– Kystes ovariens
– Perte de cheveux
– Apparition de poils sur le visage, le ventre ou la poitrine
– Douleurs en milieu de cycle
– Syndrome des ovaires polykistiques
– Infertilité
– Prise de poids
– Insomnie
– Pression sanguine élevée

 

5 – Manque d’androgène

Pour un système endocrinien fonctionnant de manière optimale, il est important de s’assurer que notre taux d’hormones androgènes n’est pas trop bas, même pour les femmes.

Un taux élevé de cortisol sanguin lié à un stress important peut impacter négativement notre production de testostérone et de DHEA. Les surrénales, qui produisent le cortisol, produisent également 50% environ des hormones androgènes. En cas de périodes de stress intenses et prolongées, le corps donne tout dans la production de cortisol, impactant la progestérone, mais aussi la testostérone et la DHEA.

Un dysfonctionnement des ovaires ou des glandes surrénales peut également diminuer la production de ces hormones. Il est donc important de garder ses glandes en bonne santé afin qu’elles puissent fonctionner de manière optimale.

 

Symptômes :

– Baisse de la libido
– Rapports douloureux
– Difficultés d’atteindre l’orgasme
– Baisse de l’estime de soi
– Sécheresse vaginale
– Diminution de la masse musculaire
– Manque de motivation
– Douleurs articulaires
– Fatigue
– Difficultés à se concentrer
– Anxiété, crises d’angoisses
– Dépression
– Prise de poids

 

 Problématiques les plus courantes associés aux déséquilibres hormonaux

De ces symptômes peuvent découler des problématiques plus importantes lorsque l’on ne prend pas soin de corriger ces déséquilibres.

Voici une petite liste non exhaustive des principales problématiques :

– Dysfonctionnement dans l’axe HPA
– Hypothyroïdie ou Hyperthyroïdie
– Infertilité
– Syndrome des ovaires polykistiques (SOPK)
– Syndrome prémenstruel (SPM)
– Trouble dysphorique prémenstruel (TDPM)
– Endométriose
– Dysménorrhée
– Oligoménorrhée
– Aménorrhée
– Fibromes utérins
– Kystes ovariens ou mammaire

 

Si ces problématiques font déjà partie de votre quotidien, il est important de les traiter de manière holistique et de venir travailler sur la ou les causes qui ont pu les déclencher, qui sont d’ailleurs très souvent des déséquilibres hormonaux comme vu précédemment.

En revanche, s’il n’y a pas de problématique particulière mais juste quelques symptômes à droite à gauche, il est important de travailler sur l’équilibre de vos hormones afin de prévenir l’apparition de ces désagréments en cours de route.

 

❀ En un mot

Comme on peut le voir, de nombreux désagréments peuvent survenir à cause d’un déséquilibre hormonal. Souvent bénins, il n’est pas pour autant normal d’en souffrir au quotidien. De plus bon nombre de ces symptômes ont tendance à passer à la trappe, parce qu’on pense que ce n’est rien et que ça va passer. Ou parce qu’on en a tellement l’habitude, que l’on n’y fait même plus attention.

Il est important d’être à l’écoute de son corps et d’écouter les messages qu’il nous fait passer. C’est le meilleur conseil que je puisse vous donner. Si vous sentez qu’il y a quelque chose qui est déséquilibré ou que ça ne se fait pas comme ça devrait se faire, faites vous confiance!

Prenez soin de vos hormones dès maintenant afin d’éviter toute problématique plus importante par la suite.

 

Est-ce que vous vous reconnaissez dans certains déséquilibres ou expérimentez certains de ces symptômes au quotidien ?

 

Si tel est le cas, n’hésitez pas à me contacter pour réserver votre consultation.

 

En tant que coach en hygiène de vie, bien-être et nutrition, j’ai à cœur de vous guider de long de votre chemin vers l’équilibre hormonal et le bien-être. En travaillant ensemble, nous mettrons en place une stratégie efficace pour que vous retrouviez des hormones qui travaillent harmonieusement, et vous permettre ainsi de rayonner de bonheur et de vitalité. Je serais là pour vous accompagner et vous soutenir dans tous les changements dans votre hygiène de vie et dans vos habitudes alimentaires.

Prenez soin de vous

 

Articles qui pourraient vous intéresser :
9 causes de déséquilibres hormonaux et comment y remédier
Comment composer une assiette saine et nutritive ?
10 clés pour manger sainement au quotidien

 

Sources :

  • Beyond The Pill – Dr Jolene Brighten
  • Cooking for hormonal balance – Magdalena Wszelaki

 

Illustration -> Duvet Days



2 thoughts on “Les 5 principaux déséquilibres du cycle menstruel”

  • Super article, très complet ! Cela fait du bien de trouver du contenu de qualité ! 🙂
    La pré-ménopause précoce irait donc dans la partie “manque d’œstrogène” ? Merci !

    • Merci beaucoup pour ton retour, je suis super contente que l’article t’ait plu et que son contenu puisse te servir 🙂
      Pour la pré-ménopause précoce, elle tombe effectivement dans la partie manque d’œstrogènes au niveau de la symptomatique mais elle est lié à une insuffisance ovarienne prématurée. Le manque d’œstrogène n’est pas la cause de la pré-ménopause précoce, il est lié à la diminution de production d’oestrogènes, comme pour la ménopause 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *